Comprendre la méthode ACV, sans faire d’AVC

La méthode ACV, ou Analyse Cycle de Vie, est une méthode d’évaluation environnementale, qui permet une analyse multi-étapes et multi-critères.
Elle permet de décrypter l’impact de systèmes : des produits, des services, des entreprises ou encore des procédés, et ce sur l’ensemble de leur Cycle de Vie.
Le principe de base de cette méthode est de transformer des flux écologiques (tels que l’utilisation des matières premières) et technologiques (tels que la transformation de ressources naturelles en énergie) en impacts environnementaux.

Qu’est ce qu’un cycle de vie ?

Le cycle de vie d’un système recense toutes les étapes de sa vie.
Il se décompose en 7 ECV, ou Étapes de Cycle de Vie :

  • Production de matières premières
  • Approvisionnement des matières premières
  • Mise en forme des matières premières
  • Assemblage du produit fini
  • Distribution du produit fini
  • Utilisation du produit fini
  • Fin de vie

Pour chacune de ces étapes, les différents flux entrants et sortants sont étudiés afin de pouvoir déterminer les impacts environnementaux qui en découlent.

Pourquoi dit-on de cette méthode qu’elle est multicritères ?

La méthode ACV découle des recherches réalisées sur les différents indicateurs environnementaux.
À la différence du bilan carbone, qui prend uniquement le prisme du réchauffement climatique, une ACV permettra d’identifier l’impact d’un produit à la fois sur cet indicateur, mais également sur l’épuisement des ressources naturelles, la biodiversité, la pollution (de l’air, de l’eau, ou encore des sols), l’eutrophisation et l’acidification des eaux, ou encore l’impact sur la couche d’ozone.

Tout ça pour quoi ?

L’analyse ACV est un processus assez complexe, mais qui a une forte valeur ajoutée, à la fois pour les organisations mais également pour les consommateurs.
En effet, elle permet deux types d’actions :

  • L’appréciation de l’impact du système étudié, afin de dégager des pistes qui permettront de mettre en place une optimisation de l’impact environnemental via des stratégies d’écoconception
  • De comparer 2 systèmes (ayant la même fonction et le même usage) entre-eux, afin d’identifier lequel génère l’impact le plus faible, et ainsi opérer un choix éclairé, comme avec UBEBEST par exemple !

Articles récents

  • L’affichage environnemental, où en sommes-nous ?

    Porté par l’ADEME et le Ministère de la Transition Écologique […]

  • L’information consommateur : l’exemple Yuka

    Sortie en 2017, Yuka a été la première application à […]

  • L’impact environnemental, kézako ?

    “Le concept d’impact environnemental désigne l’ensemble des modifications qualitatives, quantitatives […]